Harmonisation des PCS “Inondation” des communes exposées de la Métropole de Bordeaux (33)

LE CONTEXTE DE L’ÉTUDE :

Dans le cadre de la loi 2004-811 du 13 août 2004 relative à la modernisation de la sécurité civile et de son article 13 rendant les Plans Communaux de Sauvegarde (PCS) obligatoires pour les communes dotées d’un Plan de Prévention des Risques (PPR) prévisible, ainsi que face aux obligations de l’article 2212 obligeant le Maire à prendre toutes les mesures nécessaires à la protection de sa population, la métropole de Bordeaux a missionné en mars 2019 le bureau d’études RisCrises pour la mise en œuvre d’un projet visant l’actualisation et l’harmonisation des PCS des 16 communes soumises au risque inondation.
En 2014, le territoire de Bordeaux Métropole est désigné Territoire à Risque important d’Inondation (TRI) pour les risques de débordement de cours d’eau et de submersion marine. Il présente une particularité géographique du fait de sa situation à la confluence des fleuves Garonne et Dordogne en fond d’estuaire de la Gironde. La métropole bordelaise est ainsi soumise à un régime fluvio-maritime. En effet, de nombreux facteurs interviennent dans la genèse des inondations de la Garonne et de la Dordogne sur le territoire métropolitain : coefficient de marée, vitesse et direction du vent, surcote atmosphérique par les phénomènes de basses pressions, débit fluvial. Tous ces paramètres occasionnent une large possibilité d’évènements d’inondation et complexifie la gestion de crise pour les communes et service de secours. Ce projet s’intègre donc dans un objectif global de réduction de la vulnérabilité de la métropole bordelaise face à une crise inondation de grande ampleur. La mission doit satisfaire un objectif de transposabilité de la méthodologie et des documents opérationnels produits aux autres risques impactant le territoire.

UNE APPROCHE INNOVANTE ET COOPÉRATIVE PAR L’ÉCHELLE INTERCOMMUNALE

Dans une démarche de métropolisation, Bordeaux Métropole a fait le choix d’aborder ce projet dans une dimension intercommunale afin d’appréhender la gestion du risque à une échelle cohérente, celle du bassin de risque. Elle vise une approche basée sur la coopération et la collaboration entre les communes permettant un développement des synergies entre les acteurs locaux et une optimisation de l’opérationnalité des dispositifs communaux de gestion de crise.
Permettre d’assurer à l’échelle de la métropole bordelaise le développement d’une conception territoriale de sécurité civile facilite l’interopération entre les communes touchées et celles non impactées et favorise à terme la résilience territoriale à l’échelle globale.
L’accompagnement par le bureau d’études RisCrises s’inscrit dans cette démarche transversale au service des maires et de leurs équipes municipales par la mobilisation des ressources communales, la définition d’une organisation opérationnelle de crise et l’établissement de relations intracommunales.

LES ÉTAPES DU PROJET

Le projet s’organise autour d’un réseau métier structuré en plusieurs groupes de travail réfléchis par zone géographique. Ce réseau métier vise plus globalement la sensibilisation et l’implication des différents acteurs locaux aux problématiques de prévention et de gestion de crise.
La mission s’articule autour de 5 grandes phases dans lesquelles, et pour chacune d’entre elles, RisCrises co-anime avec Bordeaux Métropole :
– une réunion plénière visant à présenter les grands objectifs de la phase correspondante
– une réunion individuelle visant à accompagner et monitorer chaque commune dans l’atteinte des objectifs fixés.

PHASE 1 – LE DIAGNOSTIC DES RISQUES

La phase 1 vise dans un premier temps à caractériser l’aléa inondation sur le territoire par la
compilation des documents existants, l’analyse des archives ou encore le recueil des témoignages. La caractérisation de l’aléa conduit à la production de cartographies des zones inondables. L’aspect cartographique revêt une importance majeure dans cette phase de travail puisqu’il permet d’apporter aux élus locaux une vision globale de l’expansion spatiale de l’aléa et, in fine, d’aboutir à une meilleure connaissance locale du risque inondation.
Le diagnostic des risques doit également permettre d’identifier l’ensemble des enjeux humains, matériels, organisationnels et économiques de la commune pouvant être impactés. La vulnérabilité du territoire est ainsi questionnée amenant à la distinction localement de poches d’enjeux, au niveau desquelles une planification stratégique des actions doit être établie. Dans cet objectif, et afin d’élaborer les stratégies d’actions les plus opérationnelles, nous réalisons le diagnostic des risques à travers une vision spatiale dynamique de l’aléa permettant la définition de scénarios d’inondation.

PHASE 2 – L’ALERTE ET L’INFORMATION DE LA POPULATION

Cette deuxième phase vise à définir le dispositif communal de gestion interne de l’alerte via l’élaboration d’un règlement d’emploi des moyens d’alerte. Nous accompagnons les communes à appréhender les trois étapes chronologiques de l’alerte et de l’information de la population : réception, traitement et diffusion, de l’échelle préfectorale à l’échelle communale et très locale jusqu’à la population.
Le dispositif communal prévoit la définition de l’ensemble des moyens d’alerte disponibles et réquisitionnables par la commune, ainsi que les procédures associées. De plus, pour répondre à cette nécessité de gestion de l’alerte en tout temps, le dispositif de gestion de l’alerte doit intégrer le dispositif d’astreinte élaboré avec la commune.

PHASE 3 – LE RECENSEMENT DES MOYENS

La phase 3 doit permettre le recensement et l’optimisation des moyens humains et matériels, publics et privés, de la commune, en concertation avec Bordeaux Métropole selon la mutualisation des moyens effectuée dans le cadre du transfert de compétences. L’ensemble des données recueillies dans chaque commune alimente la base commune développée par Bordeaux Métropole, dans le but d’assurer la transcription de ces informations vers un annuaire de crise commun. Nous assurons sa mise à jour et sa transposabilité vers les systèmes d’information géographique (SIG) de gestion de crise à usage métropolitain et
communal. Bordeaux Métropole souhaite, à travers la dimension intercommunale du projet, favoriser l’entraide matérielle et humaine entre les communes impactées et les communes dites « ressources », plus elle-même.

PHASE 4 – L’ORGANISATION COMMUNALE DE CRISE

Au cours de la phase 4, nous assurons l’analyse des organisations communales prévues dans les PCS déjà existants et achevés en soumettant des propositions d’évolution adaptées aux besoins et aux capacités.
Nous accompagnons la commune dans la définition minutieuse des missions et des
responsabilités de chaque cellule de crise et l’élaboration des procédures de mobilisation des acteurs. Le dispositif communal de gestion de crise établie doit permettre à la commune une montée en puissance en fonction des besoins et des scénarios d’aléas identifiés.

PHASE 5 – LA RÉALISATION DES OUTILS OPÉRATIONNELS

Nous mettons à profit notre expérience des PCS pour accompagner les communes dans la réalisation de documents opérationnels de gestion de crise.
Nous sommes forces de proposition pour élaborer des outils opérationnels adaptés à l’organisation et aux moyens propres des communes, sur la base de concertation avec elles. Le but étant de favoriser une meilleure appropriation des documents par les gestionnaires locaux et de perfectionner, de par leur vision très locale de la gestion des évènements, l’opérationnalité des documents.

LES ATOUTS D’UNE APPROCHE INTERCOMMUNALE

Non loin des objectifs du plan intercommunal de sauvegarde (PiCS), Bordeaux Métropole aspire davantage, par son approche intercommunale, à l’harmonisation des organisations communales de crise des différentes communes de l’intercommunalité soumises au risque inondation. Cette stratégie permet d’assurer une structuration en miroir des dispositifs et outils opérationnels de gestion de crise à l’échelle métropolitaine et l’éventuelle prise en main par les forces de secours opérant sur le terrain.

Vous avez la même approche et souhaitez reproduire cette démarche sur votre territoire en vous faisant accompagner par un bureau d’études compétent ? N’hésitez pas à nous contacter directement à l’adresse suivante : contact@riscrises.com